Garde à vous !

Le témoignage de deux soeurs de 19 et 17 ans, emmenées injustement en garde à vue pendant plus de 17 heures lors des raffles abusives des forces de police le 26 mai aux Invalides.

Elles racontent ce qui a été pour elles un calvaire et avant tout une grande injustice. Ces deux soeurs voulaient rejoindre des amis aux Veilleurs (organisation pacifiste) à la suite de la manifestation du 26 mai aux Invalides. Perdues dans la foule, elles sont dirigées par des CRS vers un point de sortie qui s'avère être un lieu de départ direct pour le commissariat...

Commencent alors des heures de fouille, d'interrogatoire, d'intimidation, d'attente et d'humiliation dans des conditions que ne connaîtraient pas forcément de petits délinquants. Le tout dans une incompréhension totale "qu'avons-nous fait pour mériter cela?", "on ne sait pas trop pourquoi vous êtes là".

Plus de 500 personnes ont été mises en garde à vue de façon abusive ces derniers jours. Toutes partisanes de la Manif Pour Tous, et accuséses de fautes plus rocambolesques les unes que les autres. A croire que le Ministère de l'Intérieur n'a pas de personnes plus dangereuses à arrêter pour la sûreté de la nation. Des injures, des intimidations perpétuelles, avec des motifs fallacieux. Et ce, dans une parfaite impunité. La Manif Pour Tous condamne ces abus, et invite les victimes à porter plainte et à évoquer les articles 432-4 et 432-7 du Code pénal qui prévoient :

« Le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, agissant dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions ou de sa mission, d'ordonner ou d'accomplir arbitrairement un acte attentatoire à la liberté individuelle est puni de sept ans d'emprisonnement et de 100000 euros d'amende."

« La discrimination définie à l'article 225-1, commise à l'égard d'une personne physique ou morale par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions ou de sa mission, est punie de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende lorsqu'elle consiste :

1° A refuser le bénéfice d'un droit accordé par la loi ;

2° A entraver l'exercice normal d'une activité économique quelconque. »

 

Voici ce qu'ont vécu les deux victimes :

"Cinq policiers s’attaquent à un jeune en le frappant, le garçon crie de douleur, le policier lui répond alors : "Ta gueule, ta gueule "... Ma peur est indescriptible, si je bouge je me fais frapper, si je ne bouge pas aussi. Un policier en civil m'attrape le bras. Je me retourne et me retrouve en nez à nez avec une bombe lacrymogène braquée à 10 cm de mes yeux."

"Trois garçons arrivent alors menottés comme s’ils allaient tenter de s'enfuir. Il faut avoir la volonté et la force de le faire à 6h..., de vouloir s’évader : "Tentative d'évasion" comme disait l'autre! La fouille commence, procédure habituelle : plus de chaussures, bijoux, pince à cheveux, soutif, portable... Les policiers nous amènent toutes les trois dans une cellule minuscule, ignoble et infâme. Elle comporte normalement une banquette pour une personne, mais la normalité ne fait plus partit de ce monde depuis 23h la veille, donc plus rien ne peut nous étonner. Un urinoir trône au fond de la cellule, l'odeur est irrespirable, avec en prime le sol collant, le sang et l’urine sur les murs. Nous essayons de dormir tant bien que mal. Impossible. Le pire est cet état de somnolence permanente. L’angoisse me ronge : qu’avais-je fait pour mériter cela ? "

"Le suivant entre et s'assied, le même policier lui dit alors "Je n’aime pas ta tête toi, mais vas-y assieds-toi”. Le policier qui m'interroge me fait des remarques, pour me mettre mal à l’aise : "T'as un visage d'ange ", "T'es une petite minette", "Mon pote a envie de prendre ton 06". A-t-il cru une seule seconde que la situation dans laquelle je suis est drôle et qu'il peut alors se permettre de me faire des réflexions de ce genre… ? Bref, on m’emmène là où tout le monde est "stocké”, la plupart des garçons dans une salle et les filles dans le couloir."

"Celle qui m'interroge me demande de m'asseoir machinalement, et commence alors un interrogatoire digne de la gestapo. Pour elle je suis une vermine, je l'embête clairement. Elle me pose toutes les questions possibles et inimaginables en me jugeant à chaque réponse. Pour elle, manifester est un manque de respect, je dois laisser les personnes se marier comme elles veulent, qu'il y a des choses bien plus graves dans la vie. "Les petits africains qui meurent de faim tu y as pensé ?" me dit-elle. Je n’ai qu'une seule envie c'est de lui dire que ça n'est pas son métier de me juger sur mes valeurs et qu'elle n'a aucune raison de le faire. Sachant que je n'ai manqué de respect à personne et que je n'ai aucune leçon de moral à recevoir de sa part, mais je ne voulais pas faire prolonger mon séjour. Je me suis donc tue. Elle finit par me dire que les gens de la Manif étaient tous des cons, que l'on vivait dans un monde de cons et qu'il ne fallait pas que je l'oublie. "

"Je retrouvai mon papa, et après un rappel à l’ordre, un des commissaires nous confia qu’il y était hier soir et que « les gardes à vue ont été faites dans une totale illégalité ». Cela fit beaucoup de bien d’entendre ça et il ajouta « Vous pensiez peut être qu’il ne s’agit pas d’une situation grave mais hier nous avions le feu vert pour tirer sur la foule ». Il est donc 10h25 quand ils me rendent mes effets personnels et que mon papa me glisse à l’oreille qu’il faut qu’on se dépêche de partir « Parce qu’on ne sait jamais ». Après leur avoir dit au revoir nous nous faisons raccompagner et le commissaire dans l’ascenseur nous confie qu’il n’avait dormi que 2h sur les dernières 72h, qu’il commence à flancher et qu’un de nous six resterait encore 24h. En sortant, je suis déboussolée. Il est 22H30, je suis libre je ne m’en remets pas, j’ai tellement rêvé de ce moment."

Le texte intégral ici

 

   

Toutes les videos et photos
de la Manif pour Tous

im video 

            > Toutes les vidéos                        > Toutes les photos 

Boutique

Mug logo LMPT

Voir >

10,00 €

Sweat bleu logo

blanc

Voir >

25 €

Parapluie

Voir >

15 €

> Toute la boutique

Nous suivre sur Twitter